Comment expliquer que de nombreux managers adoptent au même moment les mêmes outils alors qu’ils appartiennent à des secteurs d’activités différents, soumis à des logiques distinctes ? La problématique n’est pas nouvelle et a déjà fait l’objet déjà de nombreux travaux passionnants (Christophe Midler, Eric Abrahamson, Alfred Kieser, Maurice Thévenet etc.).

Pour tenter de mieux comprendre les mécanismes complexes d’adoption et de diffusion des outils de gestion au sein des entreprises, nous avons mené une étude fondée sur un outil fictif. Nous avons testé une variable atypique, jusqu’alors peu explorée : la nationalité de l’outil.

Nombre de travaux, notamment en marketing, ont déjà mis en évidence l’effet du pays d’origine sur la perception du consommateur dans le domaine du parfum, de l’automobile ou encore du prêt-à-porter, mais qu’en est-il au juste des managers et des outils sur lesquels reposent leurs décisions ? Les managers les choisissent-ils comme n’importe quel autre produit de consommation, voiture, vêtement ou accessoires de mode ?

Lire la suite de l’article sur Les Echos