Adopter les pratiques managériales en vogue peut se révéler être un efficace levier de performance.

Loin d’être des victimes de la mode, les chercheurs Barry Staw et Lisa Epstein observent que nombre de managers instrumentalisent à leur profit le phénomène des modes managériales. Et pour cause, « prendre le train en marche » semble générer de multiples bénéfices. La littérature retient au moins quatre avantages concrets qu’un manager peut tirer d’une pratique en vogue.

1. Améliorer sa position

Eric Abrahamson affirme tout d’abord dans « Management Fashion » que l’adoption d’une pratique à la mode augmente la visibilité et la rémunération des managers. La maîtrise du « jargon », c’est à dire l’emploi d’une sémantique originale associée à ces pratiques, constitue un levier de reconnaissance ou au contraire d’exclusion intra-organisationnelle. Un tel phénomène explique notamment pourquoi moult managers peuvent adopter – ou feindre d’adopter – de nouvelles pratiques qu’ils jugent par ailleurs irréalistes sinon outrageusement simplistes (lire aussi la chronique : « Pourquoi nous suivons (tous) les modes managériales »).

2. Rassurer les parties prenantes

L’usage d’une pratique en vogue tend par ailleurs à rassurer les parties prenantes. L’étude menée par Barry Staw et Lisa Epstein, intitulée « What Bandwagons Bring », révèle par exemple que les actionnaires se montrent plus enclins à pérenniser leurs investissements dès lors que les managers donnent le sentiment de recourir à de telles pratiques. On découvre également que les firmes qui suivent les modes managériales sont évaluées de façon plus positive et plus clémente par leur environnement.

Lire la suite sur le site de la Harvard Business Review