Bonheur au travail, Flex office, Entreprise libérée… les organisations sont fréquemment bousculées par de nouvelles tendances de management qui promettent monts et merveilles ! Il s’agit le plus souvent d’une nouvelle logique de gestion, élaborée par de brillants universitaires, et dont nombre d’experts vantent les mérites à grands coups de success stories. Le discours ambiant met généralement l’accent sur les performances excessives de cette nouvelle tendance et le risque de décrochage pour les entreprises qui ne prendraient pas le train en marche. Pas facile dans de telles circonstances de résister aux sirènes de la mode…

La mode est pourtant un phénomène par essence éphémère. Et au même titre que la phase d’ascension se voit auréolée d’analyses dithyrambiques, les premiers signes d’inefficacité, loin des attentes et des promesses, déclenchent une violente dynamique de déclin qui se traduit par un concert de critiques unanimes. Résultat, entre-temps, moult entreprises éblouies par le récit mirifique, adoptent de façon précipitée et souvent inadéquate de nouvelles pratiques susceptibles de créer des pathologies organisationnelles. Le préjudice est relativement mineur lorsqu’il s’agit d’une mode dite  » superficielle  » qui touche les éléments périphériques du modèle économique et implique peu de changements. Mettre en place le  » co-walking *» puis s’apercevoir que cela ne produit pas les effets escomptés, n’est pas un problème. Le changement de cap est ici indolore. En revanche, succomber à une mode  » structurelle  » visant les actifs stratégiques de l’entreprise et impliquant une transformation de fond, peut se révéler plus compliqué.

La transformation digitale est certainement la problématique en vogue qui génère le plus de modes dites  » structurelles « , notamment dans le domaine du marketing. Parmi elles, les agents conversationnels ont particulièrement le vent en poupe. Un robot capable de gérer simultanément n conversations vocales ou textuelles, il faut reconnaitre que la proposition est alléchante. Qu’il s’agisse d’une requête formulée un 24 décembre à minuit ou un 1er mai, l’utilisateur est renseigné dans la foulée, et l’entreprise draine dans l’intervalle un volume significatif de datas qualifiées (insights, réclamations, etc.) qui garantissent un perfectionnement continu de l’expérience client. On aboutit en conséquence à un dispositif multimodal qui vitalise tout le continuum marketing, de l’innovation à l’après-vente.

L’ennui est qu’un tel dispositif, bien qu’il soit susceptible de reposer sur des algorithmes sophistiqués augmentés par l’IA, n’en demeure pas moins binaire et incapable de comprendre les intentions et les émotions de ses interlocuteurs. La puissance de la mode, et ses excès façon  » si t’as pas de chatbot, t’as raté ta vie « , entraine cependant des dynamiques d’adoption massives qui n’auraient sans doute pas eu lieu à froid. Résultat, nombre d’entreprises reconfigurent leurs processus, mettent l’humain à l’écart, remplacent leur ligne téléphonique par un programme informatique, et produisent une irritation notable chez leurs clients. Imaginer atteindre le nouveau standard de la relation client en remplaçant l’humain par un programme sommaire qui finit le plus souvent par répondre  » je ne comprends pas « , est malheureusement courant dans cette phase d’adoption massive des chatbots. L’enjeu est pourtant loin d’être anodin quand on sait le coût d’acquisition d’un nouveau client et la difficulté de le conserver. La destruction de valeur est ici non négligeable.

Lire la suite sur Survey Magazine